Le printemps, les marchés s’agitent

Le printemps, cette saison qui réveille la vie dans la nature, semble également agiter les marchés. Comme le dit le proverbe « au printemps, le sang s’agite », et dans le monde des investissements, ce n’est pas une exception. Nous nous trouvons dans des marchés très agités, passant de l’optimisme au pessimisme en peu de temps.

Comportement des marchés financiers

Bien que les bourses se maintiennent à des niveaux proches de leurs plus hauts niveaux, la plupart des indices obligataires sont en territoire négatif, car les grandes attentes de fortes baisses des taux d’intervention par les banques centrales n’ont pas été réalisées.

Ce qui s’est produit, c’est une certaine rotation vers les marchés européens, car les bourses européennes, en particulier l’Euro Stoxx 50, affichent une performance de +12 % et font mieux que le S&P500 avec +10 %.

Un autre marché qui a été remarquable est celui de la Chine, avec un Hang Seng qui s’est apprécié de +12 % depuis le début de l’année.

Il convient également de souligner la forte performance depuis le début de l’année des matières premières, comme l’or (+17 %) ou l’argent (+33 %) ou le cuivre avec +28 %, qui a toujours été considéré comme un indicateur avancé des perspectives macroéconomiques mondiales. Autrement dit, à l’heure actuelle, il semble anticiper de bonnes perspectives économiques (une autre option pourrait également être une anticipation de pression inflationniste plus élevée).

En général, le marché continue de se déplacer en fonction des attentes de baisse des taux d’intérêt. Dès qu’un indicateur de faiblesse économique est publié, les marchés réagissent à la hausse, car ils anticipent des baisses de taux. En revanche, des données d’activité forte font reculer le marché, car les anticipations de baisse des taux s’estompent. Pour l’instant, cela fonctionne, mais le problème surviendra lorsque les données macroéconomiques seront persistamment faibles.

Transactions corporatives made in Spain

Il est intéressant de commenter l’activité de fusions et acquisitions (M&A) et d’introductions en bourse (IPO) et je vais me concentrer sur le marché espagnol, car il a été dédaigné depuis de nombreuses années en matière de fusions et acquisitions et je pense qu’il mérite un peu d’attention.

Dernière introduction en bourse d’une entreprise espagnole

Commençons par la dernière introduction en bourse de Puig Brands, la plus importante d’Europe cette année, évaluée à environ 13,7 milliards d’euros selon la valorisation actuelle du marché. Nous parlerions d’une cotation à un multiple de 3 fois ses ventes, si nous la comparons à l’une des entreprises leaders du secteur comme l’Oréal, qui se négocie à 5 fois ; il semblerait qu’elle ne soit pas très chère, mais plutôt en promotion, ce qui est normal pour une entreprise plus petite. Mais si nous la comparons à Estée Lauder, qui se négocie également à 3 fois, alors nous ne voyons pas qu’elle soit si bon marché.

Pour moi, le principal problème pour qu’elle ait une grande performance en bourse est qu’elle est entrée en bourse avec une valorisation très ajustée. Ils ont su profiter du bon moment du marché et des fortes valorisations actuelles des leaders du secteur.

Un autre point que je trouve important, en plus de sa valorisation, est qu’avant de s’introduire en bourse, les propriétaires ont versé un dividende, ce qui n’a pas envoyé un message très positif au marché. En fin de compte, cette opération sert à lever des fonds pour continuer à croître et à acheter toutes les participations minoritaires résultant de toutes les acquisitions réalisées ces dernières années.

Une autre alternative aurait peut-être été de lancer une émission d’obligations, mais le coût aurait été beaucoup plus élevé, après les hausses de taux et l’écart qu’ils auraient dû payer aux obligataires, qui ont tendance à être beaucoup plus exigeants que les actionnaires. Sinon, c’est une entreprise très intéressante, qui finira probablement par faire partie de l’Ibex-35. Il convient également de noter qu’il pourrait relancer son introduction en bourse de l’entreprise CIRSA.

Opa de BBVA sur Sabadell

Dans le domaine des fusions et acquisitions, il convient de souligner l’offre publique d’achat hostile que BBVA a lancée sur le Sabadell après le rejet du Conseil d’Administration. Il est vrai que BBVA avait déjà tenté il y a quatre ans sans succès. Pour BBVA, cela a tout son sens, car il y aurait de nombreuses synergies opérationnelles et cela réduirait également son importante exposition émergente, comme c’est le cas avec le Mexique, qui est la perle de la couronne, et la Turquie. Pour le Sabadell, ce n’est pas une mauvaise opération si finalement ils adoucissent un peu l’offre en ajoutant un peu de liquidité à l’équation d’échange (BBVA propose 1 nouvelle action BBVA pour 4,83 actions existantes du Sabadell).

Il est normal que de telles opérations se produisent dans le secteur bancaire, car la plupart des banques sont cotées en dessous de leur valeur comptable, comme c’est le cas spécifique du Sabadell.

Banques européennes

Cela est extrapolable à la plupart des banques européennes, qui, comme vous le savez bien, n’ont pas relevé la tête depuis la grande crise financière de 2008. C’est un secteur détesté car il a dilué (en émettant de nombreuses actions pour se recapitaliser) les actionnaires comme jamais auparavant. En fait, c’est un secteur qui est hors du radar des investisseurs (il n’est pas bien vu d’avoir des banques dans les portefeuilles). Mais depuis l’année dernière, leur comportement en bourse a été fantastique, comparable aux 7 merveilles, que tout le monde connaît et aime avoir dans les portefeuilles. L’environnement est positif grâce aux hausses de taux (car leur matière première a augmenté) et ils gagnent à nouveau beaucoup d’argent avec leur activité traditionnelle, en plus de verser de bons dividendes, comme c’est le cas de Caixabank avec 10 %.

En Europe, nous commençons à entendre des déclarations comme celle du président Macron, qui dit qu’il verrait d’un bon œil des opérations entre banques européennes. Pour l’instant, ce qu’il y a de plus intéressant, c’est la concentration dans les pays eux-mêmes, comme c’est le cas avec BBVA/Sabadell, ce qui a tout son sens économique et plus encore avec ces valorisations.

Retour au protectionnisme commercial

Ces dernières années, la Chine est restée une machine exportatrice de produits tels que les panneaux solaires, les batteries électriques, les semi-conducteurs et les véhicules électriques à des prix bien inférieurs à ceux fabriqués aux États-Unis et en Europe.

Il est clair qu’il était à prévoir que ces pays réagiraient à cette stratégie de prix bien inférieurs à ceux pratiqués par la Chine (en profitant des subventions de l’État).

L’administration Biden a augmenté les tarifs douaniers sur chacun des produits que j’ai mentionnés. Dans certains cas, ils ont quadruplé les tarifs, comme pour les voitures électriques, et doublé ceux des panneaux solaires. Ils justifient toujours ce protectionnisme sous prétexte de protéger les intérêts des travailleurs américains.

Et je me demande, cette guerre commerciale qui a été lancée ne va-t-elle pas générer une nouvelle pression inflationniste? D’autre part, les États-Unis ne sont pas seuls dans cette croisade commerciale, l’Union européenne va également imposer ses propres tarifs douaniers sur les véhicules électriques chinois dans les prochains mois. De cette manière, ils protègent l’industrie automobile européenne, ils ne veulent pas permettre que la Chine évince ou remplace avec ses véhicules l’industrie européenne.

En fin de compte, ce protectionnisme va nous faire acheter des voitures électriques plus chères de 70K (made in Germany) et non celles que vendent les Chinois pour 20K. Nous recevrons bientôt la réponse de la Chine, qui imposera des tarifs douaniers sur les véhicules européens, américains et peut-être même sur d’autres produits comme les produits de luxe.

Il est clair que leur leader Xi Jinping a renforcé la transformation du pays, passant d’être l’usine du monde pour les produits à faible valeur ajoutée, à parier sur la fabrication et l’exportation de produits à haute valeur ajoutée. Et avec les conséquences claires des tarifs douaniers sur leurs produits. La Chine produit plus que ce que son économie peut absorber, le nombre de véhicules électriques exportés en 2023 est sept fois supérieur à celui de 2019, devenant ainsi le leader mondial.

Chez Kudo Invest, nous continuons à conseiller à nos clients de rester investis en obligations à court terme et en actions de qualité avec de bons fondamentaux et des valorisations adaptées à leur croissance des bénéfices. Et un fort pari sur les entreprises européennes.

Partager: